A la fin du XVIIIe siècle, en Suisse, dans le Val-de-Travers, l’absinthe, mélangée avec d’autres plantes telles que l’hysope, la mélisse, l’anis vert et le fenouil, devient une boisson macérée, ou distillée. Puis, confrontés à un problème de forte taxation douanière à l’exportation, les distillateurs suisses décident de s’installer à Pontarlier, capitale voisine du Haut-Doubs, située à 837 mètres d’altitude. Les débuts sont difficiles et ce n’est qu’à partir de 1830 que la consommation d’absinthe va réellement prendre son essor, grâce à l’appui, involontaire, des troupes coloniales françaises ; ces soldats utilisent en effet l’absinthe pour purifier l’eau. De retour en France, victorieux, ils vont d’une part conserver leurs habitudes de consommation en dégustant leur absinthe dans les cafés des grands boulevards parisiens et les bistrots des villes de garnison, et, d’autre part, devenir des héros que l’ensemble du public aura plaisir à imiter.

 

Extraits de correspondances militaires

 

Vannes 18 juin 1899

Monsieur,

Je vous prie d’expédier de suite à M.Brocard, cantinier au 28ième d’artillerie à Vannes, un fut 60 litres absinthe Terminus à 1,33, valeur 93 fr, payable à 30 jours avec escompte.

Comme le colonel interdit l’entrée de l’absinthe à la caserne, ayez soin d’expédier comme les fois précédentes, c'est-à-dire de ne mettre sur le fut aucune marque pouvant indiquer qu’il contient de l’absinthe.

Veuillez agréer, Monsieur le Directeur mes bien sincères salutations.

Par suite de changement de domicile vous m’écrirez désormais à l’adresse suivante : place de la Poissonnerie, n°17.

 

Gautier-Charil

 

___________________________________________________________________________

 

Carte postale de René L……..

à Auguste R…. au 42ème de ligne, 9ème Compagnie, caserne Bougenel à Belfort

 

Pontarlier le 29 juin 1909

Cher copain

Je te remercie de la carte postale que tu m’as fait parvenir. Je puis te dire que Pontarlier est plus plaisant qu’Héricourt. Il y a bien plus d’amusement ; tu peux compter que l’on boit la bleu à bon marché. Nous repartons dimanche matin, tu parles si ça la refout mal car c’est la fête de Pontarlier. Au plaisir de te revoir bientôt.