Depuis la nuit des temps, les hommes ont eu recours aux propriétés curatives des plantes que la nature mettait à leur disposition, la plupart d’entre elles possédant des qualités thérapeutiques  agissant directement sur l’organisme.

Selon la légende…c’est parce qu’elle protégeait les femmes que la « déesse Artémis » divinité grecque de la lune et de la chasse « donna son nom » Artémisia Absinthuim » à la plante qui adoucissait les périodes difficiles de leur vie, « la puberté et la ménopause ».

Depuis la plus Haute Antiquité, l’Absinthe a été considérée comme ayant des vertus médicinales des plus précieuses. Elle est déjà citée dans un papyrus égyptien datant de 1600 ans avant Jésus-Christ comme étant digestive, tonique, antiseptique, stimulante, efficace contre la fièvre et les vers. Elle chasse les mites des armoires et éloigne insectes, moustiques.

L’Absinthe est une plante vivace d’une odeur aromatique forte et de saveur très amère. La tige peut atteindre plus d’un mètre de haut et porte des feuilles très découpées, gris verdâtre dessus et blanc argenté dessous. Les rameaux se terminent en grappe de petites fleurs sphériques jaunes que l’on récolte à floraison, (juillet-août).

 

Plantes aux multiples vertus l’Absinthe était prescrite en infusion ou macérée dans le vin. Chez les romains l’Absinthe était macérée avec de l’anis dans le vin pour amollir le ventre, dissiper les faiblesses d’estomac et favoriser la digestion. Les Grecs l’utilisaient contre la malaria.

Pendant tout le Haut Moyen Age, le vin d’Absinthe était une boisson courante en Europe, à base d’Absinthe, d’hysope et d’anis. Digestive, reconstituante et tonique cette boisson se buvait le matin à jeun ou avant les repas.

En Martinique, les Antillais font macérer dans du rhum une branche d’Absinthe, gousse de vanille, cannelle, citron vert. Cette boisson antiparasitaire se boit le matin à jeun et donne du tonus pour démarrer la journée, d’où son nom « décollage ».