Vers la valorisation d'un patrimoine historique, culturel et économique franco-suisse…

 

En 1997, le Comité des Fêtes du village de Boveresse, sous la houlette de Nicolas Giger et Eric-André Klauser, organise la 1ère fête de l'absinthe en Suisse.

Toujours dans les têtes, mais plus rarement dans les verres, la réapparition de l'absinthe s'effectue en France grâce à l'Union Européenne qui, par une directive de 1988, autorise à nouveau sa fabrication, à condition de limiter son taux de thuyone à 35 milligrammes par litre. Pour information, la thuyone est une molécule contenue dans la plante d'absinthe qui, à très haute dose, attaque le système nerveux. La même année, cette directive est transposée par un décret du gouvernement de Michel Rocard autorisant la fabrication sous deux conditions : l'absence de fenouil dans la fabrication ainsi qu'une appellation spécifique («apéritifs» à base de plantes d'absinthe ou «spiritueux» à base de plantes d'absinthe). La loi de 1915 et ses ajustements ultérieurs sont définitivement abrogés début 2011, permettant ainsi d'appeler cette liqueur «absinthe».

 

A la lueur de ce cadre législatif, de nombreux produits vont apparaître sur le marché dont, à la fin de l'année 2001, celui de François Guy, distillateur pontissalien (produit titrant 45°).

Cette même année 2001, l'Association les Amis du Musée de Pontarlier décide d'organiser une manifestation annuelle se déroulant le 1er week-end d'octobre intitulée les Absinthiades. Cette manifestation à vocation culturelle, pédagogique et informative, a pour objectif de replacer Pontarlier à sa place de capitale économique mondiale de l'absinthe, statut qui fut le sien de 1805 à 1915. C'est au même moment que sont créés des chocolats, des gâteaux et des parfums à base d'absinthe.

En 2004, la Ville de Pontarlier lance la Fête de l'absinthe, manifestation cette fois à vocation touristique et ludique, autour de la cueillette, qui se déroule le dernier week-end de juillet.

Le 1er mars 2005 *, la Suisse abroge la loi d'interdiction de 1910 ; une interprofession regroupant seize distillateurs et un cultivateur voit alors le jour.

Mi 2008 : sous l'égide de Philippe Chapon, Président des Amis du Musée de Pontarlier et de Nicolas Giger, l'Association Pays de l'Absinthe est née. Ces derniers deviennent alors respectivement Vice-Président et Président de l'association.

2009 : lancement administratif du projet Route de l’absitnhe porté par la Ville de Pontarlier et l’Association Pays de l’absinthe.

17 mai 2011 : le Parlement français abroge la loi du 16 mars 1915 et les producteurs français peuvent officiellement utiliser la dénomination "absinthe".

 

* Date anniversaire expliquant le choix du 1er mars 2010 pour cette journée de découverte du projet Route de l'Absinthe.